Volleyball Québec

4545 avenue Pierre-De Coubertin
Montréal QC   H1V 0B2
Courriel : info@volleyball.qc.ca
Téléphone : 514 252-3065
Télécopieur : 514 252-3176

MISSION
- Promouvoir la pratique du volleyball et du volleyball de plage
- Développer l’excellence en volleyball et en volleyball de plage
- Former les intervenants en volleyball et en volleyball de plage

L’impact de l’alimentation sur notre santé et nos performances sportives – 5e partie

Auteur : Vincent Larivée

L’horaire alimentaire (ainsi que la conclusion de cette minisérie)

L’effet hormonal des aliments a une durée de 2 à 4 heures. Il est donc important de manger régulièrement afin de maintenir le bon fonctionnement de notre organisme. Il devient aussi important d’insérer de petites collations entre les repas afin de maintenir un taux de sucre sanguin optimal et de respecter notre organisme. Voici quelques exemples d’horaires alimentaires, incluant des périodes d’entraînement :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stress et respect de l’organisme humain

À la suite de cette petite série sur l’alimentation, nous savons maintenant que pour que le corps soit performant et en santé, il doit être respecté. Pour ce faire, nous devons déclencher des mouvements hormonaux favorables à son bon fonctionnement en le nourrissant d’une certaine façon. Or, dans la vie de tous les jours, nous infligeons toutes sortes de stress à notre corps, et ce, plusieurs fois par jour ! Ces différentes formes de stress sont perçues comme des menaces qui viennent perturber notre équilibre interne. Pour se protéger, notre corps enclenche alors des mécanismes de défense. Toute forme de stress augmente donc les besoins alimentaires de l’organisme humain. Le corps a certains besoins alimentaires qui doivent être comblés pour maintenir son équilibre interne qui lui permet de fonctionner au maximum de son potentiel. Il est vital de respecter ses besoins avec une alimentation adéquate, car sinon, notre corps se protégera par lui-même. Au fil des ans, il finira par s’affaiblir et s’épuiser. C’est à ce moment-là que s’installe dans l’ordre la fatigue, les problèmes de santé, les douleurs, les maladies chroniques et dégénératives.

Tout dépendant de la nature de l’activité et de l’intensité, l’exercice physique est un grand stress pour l’organisme. Pour bénéficier des effets positifs de l’exercice, il devient capital de se nourrir adéquatement. Lorsqu’une personne s’adonne à un entraînement sérieux et que le corps est bien nourri, des mouvements hormonaux favorables sont créés, le corps est respecté, et on se retrouve en «phase anabolique ». Grâce aux mouvements hormonaux favorables créés par une alimentation adéquate, le corps se concentre à utiliser la nourriture pour réparer les dommages causés par l’entraînement et réussit à maintenir l’équilibre interne si important à son bon fonctionnement. On observe alors des performances de qualité, une bonne capacité de récupération, de constantes améliorations et une sensation de bien-être.

Qu’arrive-t-il lorsque l’entraînement est combiné à des mouvements hormonaux défavorables créés par une mauvaise alimentation ? Le corps perçoit cette situation comme une insulte et un non-respect. Il se retrouve alors en situation de menace. C’est la phase «catabolique ». Il enclenche alors des mouvements hormonaux qui devront neutraliser cette menace. Les énergies sont alors concentrées à se protéger plutôt qu’à se reconstruire et à se réparer adéquatement. À long terme, cela endommage et même épuise l’organisme, ce qui amène des problèmes de santé, des blessures et différentes douleurs physiques, une accélération du processus de vieillissement ainsi que la maladie.
À mes yeux, adopter une stratégie de respect envers notre corps afin que celui-ci puisse répondre à nos objectifs de performances est un choix judicieux à court, moyen et long terme. J’espère que cette minisérie sur vous aidera à faire des choix alimentaires qui permettent de vous créer un corps en santé, qui vous soutiendra dans la réalisation de vos objectifs sportifs et de vie.

À bientôt,

Vincent